fbpx

Alimentation de lapin — comment bien nourrir son lapin  ?

Conseils lapin

Est-ce que c’est important ?

L’alimentation est un élément essentiel à la bonne santé du lapin. 

En effet, ces herbivores stricts ont un équilibre digestif délicat qui nécessite: 

  • un apport suffisant en fibres
  • une bonne hydratation
  • une régularité sans faille.

Les conséquences d’une mauvaise alimentation, qui peuvent être tardives, sont souvent irréversibles. 

C’est pourquoi, il est très important de vous renseigner auprès de votre vétérinaire Nac afin d’avoir directement les bons réflexes.

Oui, mais quoi alors ?

Du foin, du foin, du foin ! 24h/24

Le foin doit rester la base de l’alimentation de lapin. 

Il est essentiel du début à la fin du système digestif.

  • En effet, en bouche, il permet aux dents qui poussent de manière continue (2 à 3mm par mois pour les dents situées au niveau des joues/ 2 à 3mm par semaine pour les incisives) de se limer efficacement et uniformément. Cela va limiter le risque de malocclusion dentaire et l’apparition de spicules (petites pointes) pouvant blesser la joue et la langue. 
  • Riche en fibres, il permet une action chimique et mécanique favorisant un bon transit digestif (et ainsi éviter les ralentissements, qui combinés à d’autres facteurs, peuvent mener à une occlusion).

Le foin doit être vert, odorant, non poussiéreux

Il existe de nombreux foins : aromatisés, foin de prairie, foin de crau, foin de luzerne, . . . 

Le foin choisi doit tout d’abord être apprécié par votre compagnon. 

Il doit, après le jeune âge (plus de 6 mois), contenir une quantité limitée de calcium.

Et si possible dépourvu de produits chimiques, auxquels les lapins sont plus sensibles de par leur poids plus faible que le nôtre. 

Le foin peut provenir d’un agriculteur mais sous réserve d’une conservation adéquate.

Mon lapin ne mange pas suffisamment de foin, que faire ?

Plusieurs modifications sont à envisager :

  • Vérifier chez votre vétérinaire Nac, que ce comportement n’est pas le signe d’un problème médical
  • Réduire les granulés 
  • Varier et essayer différents types de foin 
  • Mélanger quelques herbes/plantes/fruits séchés 
  • Proposer de plus petites quantités mais plus souvent afin de garder une bonne odeur 
  • Cacher la nourriture dans des rouleaux de papiers toilettes, boule en osier. . .  

Les granulés

Chez les lapereaux, ils constituent un bon complément alimentaire. Cependant, après 6 mois, avec une bonne alimentation, le lapin pourrait tout à fait s’en passer. 

Très riches énergiquement, ils sont beaucoup utilisés pour les lapins destinés à la consommation pour qui la croissance doit être rapide et la durée de vie courte. Chez le lapin de compagnie, la finalité n’est évidemment pas la même. 

En trop grosse quantité, ils sont responsables : de surpoids, de pathologie dentaires (car très riche, ils rassasient rapidement et diminue donc la consommation de foin), de pathologies urinaires (car très riches en calcium) et augmentent le risque d’occlusion (les granulés secs, peuvent gonfler une fois ingérés). 

Addictif pour vos lapins, il ne faut pas en abuser !

Évitez les mélanges de graines souvent triés par le lapin et préférez les extrudés, tous identiques et moins riches en céréales. 

N’hésitez pas à demander à votre vétérinaire de vérifier la composition des granulés. 

Si vous choisissez d’en donner. Profitez-en pour vous en servir comme de friandises à raison de MAXIMUM 1 cuillère à soupe par jour ou distribuez-les à travers une petite balle de jeux permettant ainsi à votre lapin de se dépenser.

Les légumes 

En plus d’être un moment de plaisir gustatif pour votre lapin, les légumes permettent d’apporter des nutriments, minéraux et vitamines divers mais aussi d’hydrater efficacement votre lapin.

En effet, dans la nature, les lapins se nourrissent d’herbes et de plantes fraîches. 

Dans nos maisons, pour une question de conservation, ces éléments sont déshydratés. Les végétaux frais permettent donc d’apporter de l’eau, nécessaire au bon fonctionnement de son système digestif.

Les légumes, tant concernant la quantité et la variété, doivent toujours être introduits progressivement afin que le système digestif ait le temps de s’adapter et d’être capable de digérer efficacement les différents végétaux proposés. 

Il est conseillé bien sûr de les distribuer frais, lavés et à température ambiante.

Il ne faut pas donner n’importe quoi, en n’importe quelle quantité.

De manière générale, les laitues, les choux et dérivés sont à éviter. En effet, ils fermentent rapidement et peuvent provoquer des gaz qui se traduiront en coliques chez votre compagnon. 

De la même manière, les aliments trop sucrés (fruits, carottes, . . . ) peuvent être distribués mais de manière très limitée, en friandises, afin d’éviter le surpoids et les troubles digestifs.

La pastèque et le melon peuvent cependant être distribués, en été, en période de forte chaleur, pour hydrater correctement votre petit protégé.

Légumes à conseiller :

  • Céleri, chicon, basilic, persil, coriandre, menthe, aneth, fenouil, fanes de carottes, fanes de radis, salade feuille de chêne, salade de blé, cresson et cressonnette, roquette, salade romaine, salade frisée, feuille de fruitier (noisetier, framboisier, fraisier, pommier, mûrier, bouleau, tilleul . . ), pissenlit, plantain, ortie, camomille, thym, panais, chicorée, épinard (en faible quantité), brocoli (en faible quantité), . . . 

Légumes interdit :

  • Ail, poireaux, champignon, avocat, oseille, aubergine, choux de bruxelles, tomates, maïs, marrons, noisettes, oignons, pomme de terre, boutons d’or, coquelicot, digitale, laurier, if, plante d’ornement, muguet, rhubarbe, sapin, yucca, noyaux de fruit. . . 

(Évidemment ces listes ne sont pas exhaustives et il est très important de vous renseigner sur chaque nouvel aliment introduit). 

En terme de quantité, les légumes doivent être variés. 3 à 4 légumes différents par ration. 

Les rations ne dépassent pas 100g/kg/jour

Vous pouvez accrocher les légumes en hauteur afin de permettre à votre animal de faire quelques exercices et de s’occuper, comme il le ferait dans la nature, à rechercher sa nourriture.

L’eau

De l’eau propre, fraîche, renouvelée tous les jours doit toujours être à disposition. 

Idéalement, il est préférable de choisir une eau de bouteille de faible teneur en calcium : Mont Roucous, Spa, Eau de source de Montagne de chez Cora, . . . 

La distribution en gamelle et non au biberon favorise une meilleure hydratation de votre lapin, pour qui la manière d’abreuvement est alors plus naturelle. 

Les inconvénients de la gamelle sont évidemment liés au plaisir qu’à votre petit monstre à la retourner. 

Choisissez alors un bol en céramique, lourd et sans possibilité de préhension par ses bords afin d’être sûr que celui-ci restera à sa place !

Les friandises

Les friandises sont évidemment un moyen de vous rapprocher de votre meilleur ami à pompon.

Les friandises industrielles ne sont pas adaptées à lui car trop riches et trop sucrées. 

Vous pouvez alors proposer à votre lapin : des fruits/légumes/plantes/fleurs en frais ou déshydratés (pissenlit, plantain, racines de pissenlit, ortie, panais, topinambour,  betterave, carottes, fleurs de rose, bleuet, céleri rave, menthe, coriandre, calendula, camomille, . . . Ou encore des fruits souvent très appréciés comme la  banane, la pomme, la fraise, la framboise, l’ananas, la poire, la mangue, le cassis, les baies de Goji , la papaye . . 

La liste est longue !

Attention cependant à ne pas en abuser car leur déshydratation ne diminue pas leur teneur en sucre et en énergie ! 

Bois

Si votre lapin aime grignoter, vous pouvez également lui proposer des morceaux de bois mais attention pas n’importe lesquels. 

On préfèrera le bois de pommier, saule, noisetier et topinambour

Finalement, n’oubliez pas de regarder les petites crottes de votre lapin, qui doivent être nombreuses, sèches, dorées et régulières. 

Au moindre doute concernant les besoins de votre lapin, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire Nac qui vous guidera avec grand plaisir.

Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant l’alimentation de votre lapin, n’hésitez pas à contacter notre centre vétérinaire lapin. Nos experts peuvent vous fournir des conseils et des recommandations personnalisés pour aider votre lapin à manger de manière saine et équilibrée.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Ces articles peuvent vous intéresser

Conseils Rongeurs

L’environnement de la gerbille

La gerbille vit à l’état naturel en groupes dans les champs et à proximité des habitations dans des

Conseils Oiseaux

Les signes de maladie chez la poule

Les poules sont des proies dans la nature. Elles ne peuvent donc pas montrer de signe de vulnérabilité.

Centre Vétérinaire
rendez-vous veterinaire nac

Rendez-vous en ligne

Prenez un rendez-vous en ligne

Vous préférez prendre rendez-vous directement en ligne, rien de plus simple. Rendez-vous sur le site mes animaux.eu (en cliquant sur le bouton ci-dessous